Une seconde chance pour mes enfants aussi d'avoir une famille stable et sereine

Je vous écris parce que je sens de vouloir partager ce qui m’est arrivé et que je définis un véritable miracle.

Il y a quatre mois mon mari m’a demandé la séparation, une relation de quatre ans avec une autre femme et le monde s’est écroulé sur moi. Un jour j’avais ma famille, notre quotidien, nos projets, nos enfants sereins et le jour d’après, le néant… une foudre à ciel serein.

Je cède tout de suite, tu ne peux pas retenir et obliger une personne à t’aimer, si tu l’aimes, tu la laisses libre même si tu penses qu’elle est en train de se tromper et je fais ainsi. Séparation consensuelle, collaboration totale pour nos enfants mais cette douleur lancinante ne me laissait jamais.
Désespoir, panique, sens d’abandon, humiliation, sens de culpabilité… j’étais une loque. Cependant, je savais que je devais rester lucide pour mes enfants, je savais que je devais continuer à me lever le matin après une nuit sans sommeil, m’imprimer un sourire sur le visage et les rassurer par tous les moyens que tout ce serait bien passé parce que… nous étions une équipe.

Un dimanche de septembre je décide de venir au Darshan, j’avais besoin de revenir à la maison, de respirer, de trouver du réconfort et de soigner mon cœur.
Je me souviens d’être entrée dans la petite chapelle, de m’être assise devant la statue de la Mère Divine et d’avoir commencé à pleurer toutes ces larmes que j’avais retenues parce qu’à la maison je ne pouvais pas me le permettre.
Je suis restée là pour un temps indéfini et je me rappelle avoir levé le regard vers Elle et avec toute la force que j’avais je Lui ai dit : « Ma Mère, aide-moi, je veux à nouveaux ma famille, je veux retrouver mon mari, fais-le revenir ! Je te demande un miracle ».
Ce jour-là, de ce Darshan je me rappelle peu, mon mental offusqué par ma douleur, tellement des larmes… je n’arrivais pas à m’arrêter, la tête penchée à me regarder les pieds mais sa voix, la voix de Swami, je m’en rappelle bien… je la sentais dans la peau, dans les os… cette guitare en arrière-plan et lui qui commence à parler… du bout des lèvres presque, Il nous fait lever la main droite au ciel et Il nous invite à prier chacun pour sa famille.
Je tremblais de la tête aux pieds, j’étais le désespoir et la douleur personnifiée… mais un sens de chaleur m’a enveloppée, comme une étreinte, tu sais ces étreintes consolatrices et chaleureuses qui te font sentir en sécurité.
Dans les deux mois suivants, la présence de Swami je l’ai sentie fort et clair, ses post sur Facebook qui semblaient être adressés à moi, m’aidaient à continuer à avancer.
À l’entretien ramia Rosvaldo me réconforte comme un père et il me rassure… « Swami t’aidera encore plus, ne te préoccupe-pas. »

Bien, mon mari il y a un mois, est revenu à la maison, il m’a demandé de revenir et je n’ai pas pu lui dire non.
Je lui ai donné cette seconde chance que tout le monde mérite et qui au fond m’a été accordée aussi, non pas par lui… mais par le Divin et une seconde chance pour mes enfants aussi d’avoir une famille stable et sereine…

Le chemin de reconstruction est long je le sais, ce sont encore des équilibres fragiles mais plus encore qu’avant j’ai la certitude absolue de la présence de Dieu à l’intérieur de moi, je n’arrêterai jamais de Le remercier pour ce miracle et j’en tirerai une leçon pour ne pas me tromper encore et pour remédier à ces manques qui nous ont amené à nous abandonner l’un l’autre.

Merci de tout cœur à Swami, la lumière de mon ciel qui ne m’abandonne jamais même maintenant, quand je trébuche et je tombe dans la peur.

Merci à mon Église, lieu où mon esprit se sent à la maison et merci à vous Ramia pour tout ce que vous faites pour nous.

Je vous embrasse fort et Bon Noël à vous tous.

Lettre signée

‹ Umberto Faccio : tout le mal en moi a disparu Valentina Esposito : la lésion du ménisque a miraculeusement disparu ›

Swami Roberto

Multimédia