Gianni Valle: je remercie Swami Roberto de ne pas être devenu aveugle

Je désire exprimer toute ma gratitude à Swami Roberto et aux Ramia d’Anima Universale parce que je ne suis pas devenu aveugle.

À 16 ans on me diagnostiqua une maladie rare aux deux cornées ; maladie qui, en évoluant, devenait de plus en plus grave. Pour ralentir le développement de la maladie je portai pendant à peu près sept ans des lentilles cornéennes qui me provoquaient beaucoup de douleur. À 23 ans, après avoir pris la difficile décision de faire une greffe des cornées, je fus opéré, mais avec peu de résultat  : j’avais peut-être 1 ou 2 dixièmes de vision.
J’étais déçu et plein d’amertume et je demandais à Dieu pourquoi Il m’avait puni ainsi et quelle faute j’avais commise : je n’acceptais ni ne comprenais ma maladie.
Le fait de ne pas accepter mon état me fit rechercher, après quelques années, une solution possible et j’allai chez les meilleurs spécialistes d’ophtalmologie, puisque entre-temps la technique chirurgicale dans ce domaine avait beaucoup évolué.
Ce fut à ce moment que « par hasard » je connus Roberto et que, grâce à ma femme je commençai à participer à ses rencontres pour écouter ses grands enseignements spirituels. Pendant ces années je fus opéré plus de dix fois et enfin le résultat fut très bon. J’étais content ; maintenant, quand le matin j’ouvrais la fenêtre je voyais et remerciais.
Quelques jours avant l’opération j’étais allé chez le Maître avec un groupe de personnes. Durant l’entretien je parlai avec Lui de tout, mais j’oubliai de dire que je devais me faire opérer. Une fois sorti de l’église, j’étais attristé d’un tel oubli et, pendant que je le disais à ma femme et à ma mère, un Ramia s’approcha de moi et me demanda la raison de ma déception. Je lui expliquai ce qui était arrivé en me souvenant que le Maître m’avait regardé fixement dans les yeux et qu’il m’avait dit : « Je te vois bien, je te vois vraiment bien ». Je racontai au Ramia qu’en regardant les yeux de Swami, j’eus la sensation de planer dans un ciel bleu et immense.
Va te faire opérer et sois tranquille, me dit le Ramia, mais souviens-toi de remercier la Madone pour la grâce que tu auras ; ce fut vraiment ainsi ! L’opération se passa merveilleusement bien. Pendant plusieurs années je fus vraiment heureux, jusqu’au moment où à cause d’un accident de travail je reçus un coup violent sur le visage qui provoqua le rejet de la cornée de l’œil gauche et un fort abaissement de l’acuité visuelle de l’œil droit : j’étais à nouveau un malvoyant.
Le professeur de Turin qui m’avait opéré me dit que la seule solution était de refaire la greffe à l’œil gauche ; il n’y avait presque aucune possibilité de retrouver la vue, mais c’était seulement pour l’aspect esthétique puisque la cornée était pratiquement morte et laide .....
Il me conseilla donc de m’adresser à un professeur en Vénétie pour être sur la liste d’attente pour la nouvelle greffe.
Malgré les adversités que la vie me faisait subir à nouveau, j’étais serein ; je m’aperçus que, grâce aux enseignements de Swami Roberto, je leur faisais face avec un esprit différent et j’ai compris que Dieu n’était pas responsable de mes souffrances.
J’allai chez ramia Mario pour demander l’aide de Roberto. Il me dit d’avoir confiance parce que la Providence de Dieu n’a pas de limites….

En effet, après quelque temps, à l’étonnement des deux professeurs, l’inexplicable arriva : mon œil guérit. En particulier un des deux professeurs n’arrivait et n’arrive pas encore à comprendre comment une cornée morte peut retourner à vivre et à avoir la transparence suffisante pour que je puisse voir. Je souligne que ce professeur a une réputation mondiale et qu’il a même eu comme patients deux Présidents des États-Unis.
Pour moi ce fut une chose extraordinaire d’avoir retrouvé la vue qui est un bien inestimable, mais le vrai miracle est la manière dont j’ai affronté psychologiquement l’évolution de la situation, et ceci seulement grâce à Swami Roberto qui m’a ouvert les yeux, au vrai sens du mot.
Avec ma très grande reconnaissance

Gianni Valle
Lonigo (Vicenza-Italie), 23 août 2009

‹ Gianna Gardano : grâce à Swami ma mère jouit aujourd’hui d’une très bonne santé Giovanna Mazzocco : ma belle-fille aussi peut témoigner les paroles du médecin ›

Swami Roberto

Multimédia