Alessandro : et voilà que l'inexplicable arrive !

Alessandro : et voilà que l'inexplicable arrive !
Et me voilà ici…
Après plus d'un an, je trouve le « courage » d'écrire ce témoignage, non pas de la première que j'ai vécue – et j'espère non plus de la dernière - mais sûrement de l'expérience la plus intense et inattendue qui me soit arrivée depuis que j'ai rencontré Swami Roberto.
Stefania, Anna et moi sommes dans la clinique pour malades en phase terminale de l’hôpital San Luigi de Orbassano dans la première périphérie de Turin ; c'est un endroit unique, un de ceux qu'on voudrait voir par milliers dans le monde, où une âme a le droit de passer les derniers jours de son existence en faisant le point sur une vie tout juste passée et qui est en train de s'achever.
Elle sait que, d'un moment à l'autre, ce sera le moment de laisser cette vie et inévitablement, elle passe ses journées à organiser tout le nécessaire afin que ceux qui restent puissent vivre ce moment de détachement d'avec son être bien-aimé de la meilleure manière possible… C'est une alternance d'émotions incroyables.
Renzo savait depuis le premier instant qu'il ne sortirait plus jamais de cet structure-là : à peine lut-il le nom de sa pièce, « cerf-volant », qu'il comprit que jamais métaphore fut plus juste et, avec sa douce ironie habituelle, sans pouvoir prononcer une seule parole depuis des années à cause de l'extraction d'une tumeur à la gorge, il nous regarda droit dans les yeux et, avec un léger sourire, en levant les yeux vers le ciel, il agita doucement les bras comme pour simuler le vol d'un oiseau qui, justement comme un cerf-volant, se profile vers le ciel pour rejoindre le paradis.
Depuis le premier jour tout a été si sur-réel mais, si je pense à la mort, je ne crois pas qu'il y ait une meilleure manière pour l'aborder, pour faire en sorte que les derniers jours soient sereins et te permettent de parcourir à nouveau toute ta vie, en pensant à toutes les erreurs commises, à combien de choses tu aurais abordé différemment, si seulement tu avais eu l'expérience que tu as maintenant, mais aussi à combien de belles choses tu as fait dans ta vie, comme par exemple mettre au monde un ange qui serait devenue ensuite mon propre ange, mon étoile, le guide de ma vie ambitieuse.
Merci pour cela, mon cher Renzo, je ne te l'ai jamais dit assez !
Et donc les jours passent et nous venons souvent te trouver, tous les jours.
Heureusement, nous pouvons entrer quand nous voulons et rester tout le temps que nous voulons même si toi, après cinq minutes, tu voudrais que nous retournions à notre vie que, du plus profond de toi même, tu veux voir continuer sereine et heureuse ; Mais tu fais partie de notre vie sereine et heureuse et alors, nous insistons pour rester encore un peu ici, et en profiter pour nous dire tout ce que nous n'avons jamais réussi à nous dire auparant... quels nigauds !
Toi et Anna êtes très beaux ! Elle qui, avec ses ennuis de santé, se préoccupe de toi et t'assiste de toutes les manières et toi, en fin de vie, qui cherches à la rasséréner, à la tranquilliser, à lui organiser le futur sans toi. Tu as été un homme extraordinaire !
Stefy t'aime plus que toute autre chose au monde et tu le sais et tu tiens à elle plus que tu n'as jamais tenu à toi-même, bien que tu aies pris grand soin de toi !
Vous réussissez à parler et à enlever cette gène commune qui se crée quand parents et enfants essaient de se laisser aller, en sortant de leur rôles et en permettant aux âmes réciproques de communiquer librement les laissant se transférer mutuellement toutes les émotions d'entente, remerciements et salutations qu'elles ont à s'échanger...
Finalement, je réussis à te dire ce que je sens en dedans et de mon cœur, sort une promesse solennelle et j'espère tout de suite en être à la hauteur. Peu de paroles mais une immense entente est tout ce dont je me rappelle de cet instant précieux. Merci.

La dernière nuit, nous sommes restés là avec toi, à tes côtés ; nous savions que l'heure était venue, les docteurs avaient été clairs : les valeurs sont au-delà des limites, la pression minime est en-dessous de 30... il est entré en coma... 24/36 heures maximum.
Et alors voilà, nous prenons la décision ; nous appelons Anima Universale à Leinì pour demander qu'un Ramia vienne bénir ton âme pour l'envelopper dans son nouveau et long chemin.
Tu « dors », tu ne sens rien ni personne et tu ne réponds à aucune sollicitation. Nous savons que tu es encore là parce que nous percevons ta respiration subtile et la machine dit que ton cœur bat encore.
Après quelques heures mon téléphone sonne, C'est ramia Roberto (celui avec des cheveux!) que je découvrirai par la suite être ramia Roberto deuxième ; il me dit qu'ils sont arrivés et sont en train de garer la voiture. Bien ! Moi, Anna et Stefy sommes étrangement enveloppés d'un sentiment de bonheur et de contentement et nous accueillons avec joie ramia Roberto accompagné de ramia Franco. En entrant dans la pièce, et bien que Renzo ne donna aucun signe de vie, les deux sacerdoces le saluèrent comme s'il était assis sur le lit à les attendre, et voilà que survient l'inexplicable !
Ses yeux s'ouvrent décidés, sa tête fait un très léger mouvement vers les deux nouveaux arrivants, son visage arbore le sourire le plus beau que je ne lui ai jamais vu faire et, chose encore plus incroyable, son bras gauche se soulève légèrement pour tendre la main vers le Seigneur ! Dieu que d'émotions !
Ramia Franco lui caresse le visage et lui, en un instant, retombe dans le profond sommeil dans lequel il était immergé depuis des heures et des heures.
Sa main tendue vers Dieu aura été, pour toujours, son dernier geste, à la fin de cette maladie tourmentée qui l'avait rapproché du Seigneur comme rien d'autre n'aurait sans doute pu le faire !
Les deux Ramia bénirent son âme, nous réconfortèrent, nous encouragèrent et partirent accomplir leur mission suivante en nous laissant une sensation immense d'amour, de joie, de courage et de sérénité que je n'avais jamais éprouvée de toute ma vie.
Durant les minutes qui suivirent nous sommes restés enlacés et recueillis autour de Renzo à profiter de ce mélange d'émotions extraordinaires jusqu'à ce que le téléphone de Stefania ne nous « réveille ». « C'est ramia Roberto !!!? ».
« Réponds » lui dis-je sereinement... Je vois le visage de Stefy changer d'expression et je la vois commencer à être préoccupée et je ne comprends pas pourquoi.
Puis elle commence à poser des questions spécifiques du genre « mais comment s'y prend-on ? Qui doit le faire ? Quelle eau dois-je utiliser ?
A la fin de la conversation, avec une expression mêlée d’incrédulité, d'agitation et d’excitation, elle nous dit que Swami Roberto a dit aux Ramia que Renzo est prêt pour le Baptême et que Stefania, Ramirique AOC pouvait baptiser son père au nom et pour le compte du Maître ! Nous nous apprêtâmes à faire les simples préparatifs selon les instructions que Stefy venait à peine de recevoir de nos bien-aimés Ramia et en quelques minutes nous effectuions le rite du Baptême à Renzo qui durant tout cela continuait de rester immobile, immergé dans ce sommeil apparemment naturel qui d'ici peu d'heures allait l'emportait avec lui pour toujours.
Les derniers parents qui rendront visite à Renzo seront la tante Lena avec Patrizia auxquelles Stefy demandera un peu après de sortir pour rester seule en silence avec « papi »... et voilà que, alors que désormais tout était accompli, elle rassure son papa en lui disant que tout était arrangé, qu'elle et la maman allait s'en sortir parfaitement et, en le remerciant encore pour tout ce qu'il avait pour elle durant toute sa vie, elle lui demandait avec un amour immense de se laisser partir, de s’abandonner et de s'envoler comme le cerf-volant qui se profile dans le ciel vers le paradis... et il me plaît de me l'imaginer ainsi, avec les yeux ouverts, un grand sourire, et la main tendue vers notre Seigneur Dieu qui l'accueille entre ses bras pour un repos éternel, heureux et serein.

Alessandro
Turin, 12 janvier 2014

‹ Alba Lucia Zilli Riva : son passage suffit Anima Universale est un lieu de salut, d’espoir, de résurrection ›

Swami Roberto

Multimédia