On ne voit pas des miracles seulement dans les livres

Tout commence le 13 décembre 2012 avec une visite chez le gynécologue. J’y vais pour une simple contrôle, mais c’est moins simple que prévu : il me dit qu’il y a un polype et que l’endomètre est épais. En somme, je dois me soumettre à une intervention chirurgicale et, avant tout, je dois faire une analyse de sang pour vérifier l’absence de cellules tumorales. C’est une mauvaise nouvelle. Je rentre chez moi le cœur plein d’angoisse et d’inquiétude pour moi, ma famille, mes filles, spécialement la dernière qui est si petite et que je ne veux pas laisser seule. Dans cet état d’esprit je téléphone au Maître : je lui demande de me donner, si possible, des bouts de tissu bénits à porter sur moi et de prier pour que tout aille bien.
Je traverse des jours d’anxiété, mais non de désespoir : je mets les bouts de tissu et demande de l’aide.
L’analyse de sang va bien, mais le gynécologue m’explique que l’intervention doit en tout cas être faite et que c’est mieux de ne pas trop attendre parce que je pourrais avoir des problèmes.
On arrive ainsi au 30 décembre. Ce matin- là, comme tous les jours, je vais me doucher et, pendant que l’eau coule sur moi, je perçois un parfum de rose très intense. « Son » parfum quand il passe parmi nous !
Ma première réaction est la surprise : est-il possible que j’aie pris un bain moussant avec ce parfum ? Mais une surprise encore plus grande m’attend : non, la fragrance du bain moussant est bien différente ! Je sens que quelque chose est en train d’arriver : Il est là ! Je termine ma douche et le parfum s’évanouit.
Les jours passent, le rendez-vous avec le gynécologue est pour le jeudi 17 janvier. Je lui apporte le premier diagnostic , lui explique ce que j’ai et lui demande s’il est possible de reporter l’intervention plus tard.
Il m’examine et me fait une échographie. Puis il me regarde dans les yeux et me dit : « Madame, il n’y a aucun polype et votre endomètre va parfaitement bien. Je prends des photos et vous donne mon rapport, tout est bien clair : vous n’avez besoin de rien. »
Merci à Dieu ! Merci, Swami !
Le miracle s’est produit.
Merci de tout cœur !

lettre signée

‹ Noelle Barcelli : un des cas les plus graves que le plus grand spécialiste de France n'avait jamais vu Piera Bo : j'ai reçu une grâce merveilleuse ›

Swami Roberto

Multimédia