Chantal : le chirurgien insista en me disant que c'était impossible que je n'ai pas mal

Depuis que j'ai rencontré Swami Roberto, ma vie a pris un nouveau sens, plutôt un sens plus vrai et plus profond, comme si j'avais enfin trouvé ce qui lui manquait
J'ai une maladie auto-immune et Swami n'a cessé de m'aider depuis notre toute première rencontre en Novembre 2003.
Malgré les épreuves et les douleurs j'ai pu faire des tas de choses que des personnes malades ne peuvent faire, au point de ne plus me considérer malade moi même.
Ces deux dernières années, j'ai du subir des épreuves très difficiles car une infection purulente a nécessité trois interventions chirurgicales avec de grosses douleurs que je ne pouvais calmer car je vomissais tout médicament.
La dernière et quatrième intervention en novembre 2013, causée par une déchirure abdominale due aux vomissements extrèmes et aux infections purulentes répétitives sur 8 mois fut pour moi une angoisse.
Je ne pouvais pas prendre d'antalgique et il ne fallait plus vomir.
Je suis partie en salle d'opération assez angoissée avec pour seul repère le visage de Swami.
Tout se passa bien et malgré un réveil peu agréable je supportais la douleur. Lorsque l'infirmière vint pour me donner la première dose d'antalgiques par intraveineuse, je refusai en lui promettant de l'appeler si j'avais mal.
De toute façon, il y avait une autre proche d'antalgique prévue pour la nuit et si j'avais mal, il serait toujours temps de me la donner.
Elle accepta péniblement.

Grâce à l'aide de Swami, je ne pris aucun antalgique.

Les jours suivants, mon chirurgien demanda pourquoi je n'avais pas eu d'antalgique et s'inquiéta de savoir si je ne souffrais pas trop.
Je lui répondis que cela était supportable depuis mon réveil de l’intervention, donc j'évitais les médicaments pour ne pas vomir.
Il me confirma qu'il était impératif de ne pas vomir sinon les points risquaient de lâcher et l'opération était à refaire.
Mais il insista en me disant que c'était impossible que je n'ai pas mal car cette intervention était la plus douloureuse qu'il pratiquait et de plus, ma déchirure musculaire abdominale était totale, ce qui avait compliquait l'opération la rendant beaucoup plus douloureuse.
Malgré cela tout fut supportable et j'ai bien pensé que les anti-douleur que je n'avais pas pris m'étaient donnés autrement, ils étaient d'origine divine, combien efficaces et sans effet secondaire.
Lors de mon retour à Leini, j'eu un entretien avec Swami et ma première parole a été de le remercier pour cette aide si puissante et précieuse. J'ai vu sur le visage de ramia Roswaldo le sourire discret et humble de Swami, sans une parole en retour mais tout l'amour et la bienveillance qu'Il m'avait donnés.
Je voulais faire partager avec tous, cette expérience pour aider ceux qui traversent des moments difficiles afin qu'ils n'oublient et ne doutent jamais de l'aide immense que Swami nous donne au quotidien.
Qu'Il en soit remercié et béni.

Chantal

Avec tout mon Amour pour Swami, je lui offre une rose de mon jardin en ce début de printemps; puisse elle remplir Son Cœur de joie.

fleur

‹ Caroline Gelat-Mathieu : tous les médecins m'ont exprimé leur désarroi Chantal Gerdis : grâce a Swami j'ai retrouvé la joie de vivre ›

Swami Roberto

Multimédia