Umberto Faccio : tout le mal en moi a disparu

Je voudrais raconter une grâce que j'ai reçue cet été.
Tout a commencé vers la fin de Juillet avec de la fièvre et une prétendue gastro-entérite qui me tenaient au lit, soigné par ma femme. Mais une nuit il y eut une aggravation et nous décidâmes donc d'appeler les urgences. Cette nuit du 21 Juillet 2013, après diverses vérifications de la part du personnel médical, je fus conduit d'urgence dans le service de Médecine de l'hôpital de Castelfranco Veneto. Les jours suivants, malgré la thérapie et d’autres contrôles, on ne réussissait pas à comprendre la cause de ce malaise et des douleurs toujours plus fortes à l'abdomen. Aussi ils décidèrent de faire une coloscopie.
Mais, la nuit précédant l'examen, il se passa quelque chose d'insolite. Mon voisin de chambre appela l'infirmière pour qu'elle fasse un contrôle parce que pendant que je dormais ma respiration était étrange. J'avais de l'eau dans les poumons, mais grâce à l'appel de mon voisin de chambre et à la rapidité et au courage de l'infirmière je fus sauvé. Et avec l’effroi dans le cœur de qui s'est vu face à la mort, mais en même temps avec le bonheur d'être encore là, avec la conscience qu’il y a quelqu'un à mes côtés, je fis l'examen de la journée. On trouva un abcès à l'appendice, mais pour en savoir plus sur la gravité on décida le lendemain de faire un scanner de l'abdomen. Hélas, après le scanner de ce vendredi on me dit que j'avais une tumeur. Pourtant il me semblait que j’allais de mieux en mieux et je pensais qu'ils m'auraient laissé vite retourner chez moi. Les jours suivants j'avais même un rendez-vous avec les Ramia. Mais je ne pouvais pas faire plus, j’avais une tumeur. Les médecins alarmés programmèrent pour la semaine qui suivait une intervention importante de 4/5 heures avec les deux meilleurs chirurgiens. Ils me transférèrent donc en chirurgie et je demandai à ma femme d’aller à l'entretien avec les Ramia. Elle y alla le mardi 30 Juillet et à propos de l’opération toujours rien. Passèrent le lundi, et même le mardi et aucune intervention n’eut lieu. On arriva même au mercredi, mais au lieu de l'importante intervention ils firent une échographie de contrôle. Le résultat fut négatif. Il n'y avait plus rien ? Ils en firent encore une autre. Rien. Il n'y avait plus rien. Et même les douleurs à l'abdomen et la fièvre disparurent progressivement. Oui, vraiment. J'étais guéri. Le 7 août je revins à la maison. Et tout redevint comme avant.
Maintenant je ne peux pas minimiser l’incident et dire que c’était seulement un mauvais cauchemar. Je ne peux pas feindre de ne pas avoir vu que mes croyances et ma foi m’ont apporté une grâce. . J’ai toujours eu avec moi une photo de mon Maître Roberto et malgré tous les résultats, positifs et négatifs, je le sais, il était avec moi. Je sentais quelqu’un qui m’accompagnait à chaque examen, je sentais une présence forte. Et puis comment ne pas remarquer qu’à partir du jour où ma femme est allée à l’entretien avec Ramia Mario tout a changé et petit à petit tout le mal en moi a disparu.

Umberto Faccio
Poggiana (Riese Pio X - Italie), 8 septembre 2013

‹ Témoignages recueillis par M. Piero Capello Une seconde chance pour mes enfants aussi d'avoir une famille stable et sereine ›

Swami Roberto

Multimédia