Elvira Viganò Tosi : La foi peut réussir là où la science ne réussit pas

Je me sens intérieurement jeune, bien que mon âge soit avancé, 72 ans, et que j’aie beaucoup d’ennuis de santé dus à la sclérodermie, la maladie qui m’accompagne depuis des années.

Mais c’est au printemps que j’ai commencé à me sentir vraiment très mal, en effet en avril, un nouvel ami se joint à moi : c’est mon souffle qui de jour en jour devient plus court et haletant. C’est étrange... le moteur grippe, mais je suis toujours la personne que j’étais avant, prête à réagir parce que mon mental, Dieu merci, est toujours vif.

Tout se précipite : urgences, hospitalisation et autorisation de sortie, car ma situation n’était autre que la conséquence naturelle de ma pathologie liée aussi à l’âge.
La triste réalité était confirmée par le médecin qui me conseillait de faire une demande de prestations d’invalidité.

Mon esprit aussi avait besoin de soins et de nourriture, pour maintenir toujours vivante l’inexplicable joie qui ne m’abandonne jamais, donc je ne pouvais manquer les Darshans avec mon Maître spirituel. C’est ainsi qu’un dimanche, en passant à côté de moi, Swami Roberto s’arrêta. Ses très grands yeux verts me scrutèrent un long et fugace instant : peut-être qu’une radiographie n’aurait pas été aussi pénétrante que ce regard. Je me sentais heureuse !
Je percevais que quelque chose était arrivé.

En rentrant chez moi, en Brianza, il me semblait cependant, que rien n’avait changé du point de vue physique, j’avais du mal à respirer et pourtant la joie et la sérénité croissaient en moi.
Je n’avais pas du tout peur, je n’étais que sourire ! Je me sentais forte et prête à affronter le dernier examen prescrit, une angiopneumographie,  pour avoir la certitude de ce qui semblait désormais être ma condition.

Vendredi 20 juillet on me remet la feuille de sortie de l’hôpital avec ce rapport médical :

  • INFARCTUS PROBABLEMENT ANTÉRIEUR
  • PROBABLE EMBOLIE PULMONAIRE ANTÉRIEURE…

La signification de antérieur est «  passé », «  précédent », « qui n’est plus présent ».

Après le résultat de cet examen, au dernier contrôle médical du mois d’octobre, on ne m’a plus demandé les examens de routine parce qu’ils n’étaient plus nécessaires.

A cette occasion j’ai donc demandé aux médecins ce que j’avais eu, et la réponse a été : « Quand nous vous avons hospitalisée, vous étiez dans un état très grave »
A ce moment j’ai eu envie de leur rappeler ( vu que j’en avais déjà parlé) que j’avais un Maître Spirituel , et voici leur réponse :
« La foi peut réussir là où la science ne réussit pas» C’est tout !

Merci, merci, merci Swami !
Elvira Viganò Tosi

‹ Elvira : Je suis allée en Inde pendant beaucoup d’années jusqu’au moment où… Emilia : j'ai toujours refusé tout type de religion ›

Swami Roberto

Multimédia