Antonella Zanardo : grâce à toi il n'a pas souffert

Cher Swami Roberto,
je t’écris cette lettre pour te dire combien tu es important pour moi.
C’est en mai 2003 que je suis arrivée dans notre église « Anima Universale » et je remercie Dieu de m’avoir donné l’opportunité de te rencontrer.
Les enseignements que tu me donnes chaque fois que je participe au Darshan sont des trésors précieux que je garde dans mon cœur.
Je suis en train de traverser une période triste en raison de la mort de mon mari mais tu es proche de moi et tu me donnes la force d’avancer.
« Dieu est grand »... car avant de laisser notre vie terrestre il nous permet de faire ce qui nous tient le plus à cœur.
Mon mari dans les trois derniers mois de sa vie a eu la possibilité d’être présent au mariage de mon fils, de fêter tous nos anniversaires, y compris le sien, et pour finir, d’acheter les cadeaux de Noël pour notre fils, notre belle-fille et pour moi-même.
Cette année c’était un triste noël mais le soir de la veillée, pendant que nous défaisions les cadeaux, mon mari était là avec nous, même si ce n’était pas en chair et en os.
Grâce à toi il n’a pas souffert et merci encore pour l’avoir accompagné…
Je te remercie infiniment de tout mon cœur et de tout mon amour.
Merci d’exister, je t’aime.

Antonella Zanardo

‹ Anne Mathieu: Mon fils m'a dit : «maman, je crois bien que j'ai été sauvé!» Antonietta Bevilacqua : mon médecin traitant ne voulait pas y croire ›

Swami Roberto

Multimédia