Anima Universale: article sur le quotidien "Libero"

Article publié dans le quotidien national italien LIBERO - dirigé par M. Vittorio Feltri.
samedi 25 février 2006

Un Dieu personnel et la fraternité, le culte de Anima Universale

par Steno Sari

Pour connaître ce nouveau mouvement religieux italien, je vais à Leinì dans leur centre. J'en parle avec deux "Ramia" (c'est ainsi que les 40 moines de cette Église se font appeler), Paolo Conti de Torino et Riccardo Fertino de Genova. Ramia Paolo est le compositeur et l'arrangeur des oeuvres musicales de Anima Universale. Il compte dans son propre curriculum des productions prestigieuses et des collaborations artistiques au niveau national.

OECUMÉNISME ET VALEURS POSITIVES

HISTOIRE DU MOUVEMENT

Il est fondé en 1989 à Leinì (TO). C'est un Mouvement chrétien d'union spirituelle et de solidarité, ouvert à tout le monde, sans aucune distinction de credo, race ou culture. Dieu est considéré comme Père et Mère de toute l'humanité, Christ vrai homme et vrai Dieu.


LE FONDATEUR

Le fondateur, Roberto Casarin, naît à Torino en 1963. Depuis sa naissance autour de Lui se produisent des phénomènes surnaturels qui attirent l'attention de chercheurs et de milliers de personnes qui soutiennent qu'elles ont été miraculées par lui. Beaucoup de personnes de langue étrangère aiment l'appeler "swami", qui en italien signifie Maître spirituel.

Pourquoi vous faites-vous appeler Ramia ?

« Le nom signifie Marie ou Myriam pour qui nous avons une dévotion. Mais chaque lettre a une signification, c'est l'initiale de rispetto (respect), amore (amour), misericordia (miséricorde), impegno (engagement), altruismo (altruisme) ».

Pourquoi donc Anima Universale ?

« Parce que notre religion aspire à un oecuménisme plus ample, cherche une transversalité de valeurs positives qui fasse rencontrer les diversités. Elle renferme la volonté d'accueillir et d'aider tout le monde, indépendamment du credo religieux ».

Votre fondateur, Roberto Casarin ?

« Pour la plupart des personnes il est un Avatar, pour quelques uns il est un médiateur entre le Ciel et la Terre; il y en a d'autres qui le ressentent comme un homme doué de pouvoirs extraordinaires. Enfin quelques uns le considèrent même comme un utopiste. Chacun verra en lui ce qu'il veut voir d'après ce que chacun est en soi-même. Ce sont seulement les fruits de ses enseignements qui comptent. Depuis son enfance beaucoup de personnes nécessiteuses s'adressent à lui pour obtenir une grâce. Il rencontrait aussi de prêtres et des chercheurs étonnés face à ses pensées sur Dieu ».

En quoi croyez vous ?

« Nous sommes monothéistes et nous nous adressons au Père de tous les gens. Nous Croyons dans le caractère sacré de la vie dans toutes ses formes et dans la recherche intérieure des valeurs telles que la rectitude, l'honnêteté, la charité, la fraternité et tout ce qui peut faire évoluer notre intériorité vers l'Amour divin ».

En quoi consiste votre culte ?

« Pour nous c'est tout ce que l'homme peut exprimer dans son quotidien avec bonté et charité, s'il a compris que Dieu est l'éternel présent et que son temple est la conscience de l'homme. Dans nos centres se déroulent des moments de prière, de méditation, de conférences sur la spiritualité et de dialogue inter-religieux, des activités artistiques et récréatives. Des formes qui sont toutes un « culte au Seigneur » au moment où elles forment la spiritualité de l'individu, elles créent l'unité avec le prochain et rendent manifestes les principes d'Amour pour la Vie et pour Dieu. À nos activités participent aussi des personnes d'autres croyances religieuses pour prier ensemble l'unique Dieu, en cherchant ce qui unit ».

Quelles activités exercez vous ?

« De nombreuses oeuvres de service social et de soutien pour les personnes qui sont dans la gêne, au-delà de tout culture, race et religion. Nous avons 71 enfants en adoption en Inde, Cambodge et Colombie; nous participons à des projets de développement au Vietnam, au Pakistan, en Tunisie et en Ukraine; nous contribuons à la construction d'un village pour des orphelins du SIDA en Afrique et collaborons avec l'oeuvre de don Gelmini pour récupérer les toxicomanes ».

Comment considérez-vous les autres religions ?

« Chaque religion est un parcours de l'homme pour arriver à Dieu. Tout individu a sa conscience et sa condition spirituelle qu'il doit pouvoir exprimer dans la forme de culte qu'il sent la plus conforme à son propre être. Il n'existe pas une forme religieuse meilleure qu'une autre dans l'absolu parce qu'elles sont comme un vêtement. Chacun porte celui de sa propre taille. Pour cette raison nous somme favorables à l'oecuménisme. On ferait finalement passer spiritualité avant la religiosité et beaucoup de différences seraient surmontées. Et puis, Dieu de quelle religion est-Il? ».